Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

darcharimikidache.com

darcharimikidache.com

Bienvenue sur le site web de Darchari MIKIDACHE. Vous y trouverez une synthèse de ses propositions, ses éditoriaux, ses réflexions, ses actions, sa biographie, ses tribunes et ses citations.


Quelles sont les solutions pour sortir de la crise économique actuelle?

Publié par Darchari MIKIDACHE sur 17 Août 2020, 21:24pm

Catégories : #Économie, #Emploi, #Afrique, #Madagascar, #Comores, #Production, #Agriculture, #Jeunesse, #Autonomie, #Autonomisation, #Femmes, #Pouvoirs publics, #Darchari, #MIKIDACHE

M. Darchari MIKIDACHE, président du think tank " Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC).

M. Darchari MIKIDACHE, président du think tank " Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC).

Par Darchari MIKIDACHE

Quelles sont les activités économiques les plus rentables durant les périodes de crise ?
 Certains estiment que la crise économique notamment la dernière liée au coronavirus Covid-19 provoque une situation financière difficile pour les citoyens en terme de pouvoir d'achat pour les familles au chômage ou les salariés ou retraités qui ne touchent pas régulièrement leurs salaires ou pour les fonctionnaires et agents contractuels  touchant peu ou subissant des retards de paiement de leurs rémunérations ou traitement. 

La crise économique liée à la Situation de crise sanitaire affecte indifféremment la population.  
Pour les pays comme les Comores important près de 87% des produits alimentaires, les commerçants n'ayant pas de perspectives d'importation de produits alimentaires ou manufacturés de base vendent peu ou certains profitent pour augmenter les prix en répondant à la loi de l'offre et de la demande.  Pour des pays qui fabriquent  des produits locaux,  les commerçants sont penalisés également  également car les citoyens ayant peu de revenus en raison du chômage massif ou des couvre-feu entraînant moins de revenus. Cette baisse de l'activité touche également les autres secteurs d'activité y compris la restauration, les loisirs, les ventes ambulantes. Brefs les opérateurs économiques et les entrepreneurs souffrent également. Le risque est grand d'une paupérisation de la population en plus d'une crise aiguë en termes de nutrition voire de famine pour les familles les plus fragiles vivant au jour le jour.
Dans ce contexte, quelles sont les propositions de chacune et de chacun pour sortir de cette situation dramatique pour l'économie nationale, pour l'État qui  dispose de moins de ressources en raison de faibles  recouvrements fiscaux et non fiscaux.

1- L'Etat doit assumer ses responsabilités en matière de  soutien entrepreneurial,  économique  et de préservation de l'emploi

Certains Etats ont mis en place des dispositifs de soutien de l'activité économique pour sauver des emplois face au risque de  nombres élevés de faillites d'entreprises:

- fonds de soutien et de solidarité économique avec des aides forfaitaires pour les entreprises enregistrées, report des échéances fiscales à payer,  octroi via les banques de prêts sans intérêts ou à taux bonifiés sous conditions avec la garantie de l'Etat, prêts d'honneur,fonds de garantie pour les jeunes, Crédit à taux réduit pour les activités créatrices d'emplois.

- Des mesures d'allégement des taxes douanières pour les produits de première nécessité sont toujours les bienvenues pour les  marchandises déjà arrivées et non  encore dédouanées. 

- La mise en place de services performants de facilitation des paiements des taxes  des services fiscaux, douaniers et non fiscaux  avec des plans de paiements échelonnés sur plusieurs mois est à mettre en place pour soulager la trésorerie des opérateurs économiques.

- Un  plan national de soutien de l'autonomisation économique des femmes est plus que nécessaire. Une enveloppe budgétaire  doit être consacré à ladite autonomisation  avec un fonds national  d'appui des activités économiques solidaires ou de développement solidaires en faveur des femmes entrepreneuses  employant plusoeurs dizaines de salariées de milieux defavorisés ou de sociétés qui font travailler  les femmes de zones fragilisées ou touchées par une crise économique aiguë. 

2.  Les pouvoirs publics doivent soutenir les familles les plus fragiles en particulier les populations les plus vulnérables touchées à la fois par la crise sanitaire et la crise économique 

L'Etat doit en priorité soutenir les populations les plus fragiles vivant au jour le jour, les personnes en situation de licenciement ou de chômage,   les enfants orphelins ou handicapés, les personnes fragilisées ou malades  par le coronavirus et ne pouvant pas reprendre une  activité économique,  les femmes sans ressources et élégant de nombreux  enfants. La mise en place de tickets    ou de kits alimentaires solidaires est à étudier selon des critères justes en impliquant activement les maires et les responsables  communaux concernés.  Un plan  national de substitution des importations par la promotion de l'agriculture locale avec une réforme urgente  pour redistribuer les terres et terrains cultivables sous forme de baux sécurisés  avec un contrat de juste répartition des produits et faisant travailler les jeunes désœuvrés en situation de chômage après un plan de formation rapide. Les Mairies doivent alors adapter les services en mettant en place des Services municipaux de soutien  entrepreneurial, et un service spécialisé pour l'exploitation des surfaces agricoles avec une subvention des intrants et autres semences afin d'augmenter la productivité et la production nationale agricole. Un service Formation et Accompagnement dans chaque commune reste a créer pour les communes qui ne disposent pas. Les objectifs visés sont notamment de relever le niveau de vie de la population, augmenter les productions agricoles avec une baisse des coûts de produits et des prix des denrées alimentaires accessibles, lutter contre la famine, contre le chômage rural et la misère.  
La mise en place de zones prioritaires de production nationale pour les produits de base  avec un partenariat public /privé est à concrétiser rapidement.  Les coopératives agricoles et les groupements d'intérêt économique doivent être encouragés  avec un accompagnement technique et financier. 

3.  Un soutien massif à la jeunesse estudiantine  et aux retraités est crucial pour renforcer la cohésion sociale.

Un plan  de soutien de l'éducation nationale avec un  réduction des frais de scolarité pour les Universités pour les étudiants selon le niveau de revenus des parents avec la possibilité de payer en plusieurs fois les droits universitaires est recommandé.    La mise en place de cantines universitaires ou scolaires pour les Universités et les écoles ne disposant pas doit être avancer afin de soulager la population jeune avec des tarifs subventionnés. Cela permettra également de servir de débouchés pour les productions  agricoles. 

De même,  il convient de mettre en place  un plan solidaire de soutien des retraités en situation d'urgence en termes de faibles revenus ou touchant  une  pension  très faible ou dans les pays comme les Comores où des arriérés de pension  sont courants.  L'Etat doit faire des efforts à la fois de revalorisation et de paiement régulièrement desdites pensions. 

Darchari MIKIDACHE

A chacun de réagir et de proposer des mesures qu'il estime nécessaires pour compléter les éléments proposés dans cette situation d'urgence économique résultant de la crise sanitaire. 

www.darcharimikidache.com

https://www.facebook.com/darchari.mikidahe.politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yassine attoumane 08/09/2020 17:43

Merci

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents