Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

darcharimikidache.com

darcharimikidache.com

Bienvenue sur le site web de Darchari MIKIDACHE. Vous y trouverez une synthèse de ses propositions, ses éditoriaux, ses réflexions, ses actions, sa biographie, ses tribunes et ses citations.


Halte au chômage  et à  la misère par des actions  concrètes

Publié le 26 Juin 2020, 14:20pm

Catégories : #ACTION SOLIDARITE, #Emplois, #Diaspora, #Agriculture, #Agro-industrie, #Économie numérique, #Action publique, #Compétences, #Talents, #Pauvreté, #Lutte contre la Corruption

M. Darchari MIKIDACHE, président du think tank " Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC) et président de l'ONG USHABABI WA MESO INTERNATIONAL (Jeunesse & Avenir)

M. Darchari MIKIDACHE, président du think tank " Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC) et président de l'ONG USHABABI WA MESO INTERNATIONAL (Jeunesse & Avenir)

Face au chômage massif qui affaiblit la cohésion sociale et nationale, il est urgent d'agir concrètement en innovant en matière de politiques publiques de lutte contre le chômage : la création de sociétés à capitaux mixtes industrialisantes et créatrices d'emplois avec un volet de formation technique et le soutien actif de l'entrepreneuriat des jeunes, des expatriés avec la promotion du "Made in Comoros".

Darchari MIKIDACHE

 Par Darchari MIKIDACHE 

La jeunesse souffre et mérite  de trouver du travail  correspondant  à  ses qualifications.  Or les politiques  publiques  de l'emploi  sont  presque inexistantes  voire peu efficaces pour le chômage  des jeunes et des moins jeunes. La seule  fonction  publique, les seules sociétés  d'État, les nominations  politiques ne suffiront pas à  accélérer  la  réduction  de la pauvreté  ni du chômage.  
Les jeunes  méritent  d'être  soutenus dans leurs efforts  de s'insérer  professionnellement. Il est temps d'innover pour désamorcer le fléau  du chômage  aux Comores.

Avant  tout, il est urgent de réformer  le système  d'éducation  nationale  pour le rendre plus performant  en matière  d'adaptation  aux besoins du marché  avec un renforcement  des savoirs  fondamentaux. Une professionnalisation  des modules d'enseignement  à  l'Université  des Comores  est incontournable. La mise en place d'une passerelle  avec le secteur  privé  via les syndicats  de patronal et des opérateurs  économiques  doit en faire partie  avec la mise en place de stages intégrés  et du monitorage conjoint. De même, la création  de réseaux  de pôles régionaux de  lycées techniques sur l'ensemble  du territoire  national  est une phase indispensable.  De même, il est indispensable  de créer  une plateforme  de formation  permanente  et technique  pour tous les salariés  désireux  d'acquérir  de nouvelles  compétences  ou se reconvertir  dans d'autres métiers  sous forme  de Conservatoire National des Arts et Métiers  où  chacun aura une chance  de se former pour  augmenter  ses chances  soit de trouver  un travail soit créer son propre  emploi  via l'entrepreneuriat.  Il est par conséquent  recommandé  d'introduire  un module obligatoire  ou optionnel  selon les filières  au niveau de l'acquisition  des savoirs faire fondamentaux en entrepreneuriat et en économie  numérique. 

Comme  je l'ai proposé  déjà, l'État ne doit pas croiser les bras en attendant  des aides internationales  pour agir en créant  des initiatives  entrepreneuriales  industrialisantes qui valorisent les ressources naturelles ( produits  vivriers, produits  de rente, ressources  halieutiques, etc.) via des sociétés  aux capitaux  mixtes. La transformation  économique  des produits  locaux avec des conditionnements  adéquats  peut déboucher  sur la création  de zones d'activités économiques  prioritaires  pouvant créer des milliers  d'emplois en intégrant une formation  technique  interne dans chaque volet de projets. Cela permettra non seulement  de relance le "Made In Comoros" mais également  de créer de l'emploi en augmentant  la productivité  et la production  nationale  pour contribuer  à  réduire  la dépendance  alimentaire.  Des Coopératives agricoles devraient être  encouragées dans les communes pour faire  travailler  les personnes  au chômage  avec une rémunération  intéressante  et motivante. Un service de soutien agricole devra être  créé  au sein  de chaque  municipalité  afin d'accompagner  les jeunes  et les moins jeunes désireux de se lancer dans l'exploitation  agricole. Un service de mutualisation  des outillages  pour faire accroître  la production  et la productivité   au sein de chaque  préfecture  devrait  être  mis en place avec la mise en place de Coopérative  technique.

 De même, le taux d'intérêt  des crédits  à  l'entrepreneuriat  et à  l'investissement  productif  étant très  élevé  entre 9 et 18 % voire 25% avec les frais annexes, l'État devrait  agir pour réduire  le coût  global  du crédit  pour l'entrepreneuriat  et pour les investissements  productifs  créateurs d'emplois avec des taux d'intérêts  réduits ou bonifiés  voire des prêts  à  taux zéro pour des secteurs  prioritaires  et créateurs d'emplois. Un fonds de garantie  et une agence d'accompagnement  des initiatives  économiques  devraient  encadrer  et soutenir  les jeunes entrepreneurs.  

De même, une politique  de captation  des fonds de la diaspora avec une orientation  des  transferts d'argent vers l'investissement  productif, l'entrepreneuriat  et l'actionnariat dans les sociétés  à  capitaux  mixtes  devraient  être  menée. Cela suppose  le rétablissement  de la relation  rompue  avec la diaspora, l'amélioration  du climat des affaires et la restauration  d'une justice  véritablement  républicaine  et respectueuse  des procédures  judiciaires. 

Tout est question  de volonté  politique.  Néanmoins, le chômage  massif  qui sévit aux Comores  avec une paupérisation  de la population  implique des Actions  concrètes  et  rapides de la part des pouvoirs  publics pour sauver  non seulement  la jeunesse  comorienne  mais également  le reste de la population  meurtrie par une crise sanitaire  inédite qui handicape  gravement la situation  économique  et donc celle du marché  de l'emploi.  Nous devons tous fournir  des efforts  pour réussir  à  faire face chacun devant exercer ses responsabilités  selon le poste occupé. 

Darchari  MIKIDACHE 

www.darcharimikidache.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents