Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

darcharimikidache.com

darcharimikidache.com

Bienvenue sur le site web de Darchari MIKIDACHE. Vous y trouverez une synthèse de ses propositions, ses éditoriaux, ses réflexions, ses actions, sa biographie, ses tribunes et ses citations.


Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale

Publié par Darchari MIKIDACHE sur 5 Octobre 2018, 10:01am

Catégories : #Gouvernance publique, #Éducation, #Entrepreneuriat, #Formation, #ONG, #Jeunesse, #Emploi, #Finances publiques

Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale
Sortir de la culture de l'assistanat passe par une réforme du système de l'éducation nationale

Rendre autonomes les populations les plus vulnérables est une Action salutaire qui implique plusieurs programmes notamment des réformes en matière d'éducation, de formation professionnelle et technique, de stratégie d'accompagnement des jeunes dans les initiatives créatrices d'emplois, de solidarité active et surtout un soutien continu des projets d'autonomisation des femmes. L'ONG USHABABI WA MESO INTERNATIONAL travaille dans ce sens avec 6 programmes et la mise en place de centres "Espace Jeunesse " aux Comores et dans plusieurs pays où elle dispose de représentation. Un diagnostic rigoureux sur les difficultés que rencontrent les étudiants est en cours de mise en œuvre afin de proposer des services adaptés aux besoins des jeunes.

Darchari MIKIDACHE, président de l'ONG USHABABI WA MESO

Par Darchari MIKIDACHE

L'enseignement de l'histoire des Comores, et la création des programmes de sensibilisation et formation en entrepreneuriat dès le lycée  sont  une nécessité pour réussir à rompre le cycle de la recherche de postes politiques.  Certes c'est un travail de moyen et long terme mais il convient de commencer. 

Cela s'applique également dans le développement des collèges et lycées techniques et professionnels. Ce qui permettrait aux jeunes en particulier les plus démunis d'apprendre un métier et  devenir autonomes.   Sans une réforme intelligente des modules d'enseignement et une formation pédagogique et technique adéquate du corps enseignant avec une valorisation motivante de la rémunération, il sera extrêmement difficile de faire évoluer les mentalités et les pratiques. Tout est question de volonté politique, de mobilisation des ressources financières et humaines à l'intérieur du pays. Le développement du secteur privé et le soutien à l'entrepreneuriat avec des mesures fortes de facilitation des démarches et d'accompagnement technique, financier, comptable et bancaire sur une période de trois années au minimum  constitueraient un atout essentiel pour réussir à améliorer la situation des jeunes et des moins jeunes.

 

 La mise en place de fonds de garantie et celle d'un fonds stratégique d'amorçage ainsi que l'octroi de prêts pour création d'entreprise dans des secteurs créateurs de richesse et d'emplois notamment dans les domaines de l'agriculture, de l'agroalimentaire, de l'économie numérique et de la transformation ainsi que des services permettraient d'accroître les initiatives privées créatrices d'emplois durables. Ce qui renforcerait l'autonomie des citoyens face à une administration  pour le moins pléthorique et inefficace. La bonne gouvernance, la justice et l'exemplarité des élus  de la République et des dirigeants des sociétés d'Etat constituent des facteurs importants pour réussir ces défis permettant de réduire la pauvreté et l'assistanat. 

Darchari MIKIDACHE

www.darcharimikidache.com & www.ceec-comores.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents