Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

darcharimikidache.com

darcharimikidache.com

Bienvenue sur le site web de Darchari MIKIDACHE. Vous y trouverez une synthèse de ses propositions, ses éditoriaux, ses réflexions, ses actions, sa biographie, ses tribunes et ses citations.


Une gouvernance exemplaire, clé du développement des Comores

Publié par Darchari sur 18 Juin 2016, 16:23pm

Catégories : #MIKIDACHE

La volonté de réforme publique pour assurer une gouvernance exemplaire ne pourra être effective sans une exemplarité des plus hauts gouvernants dans leur action quotidienne et dans la manière dont ils choisiront leurs collaborateurs.

Darchari MIKIDACHE

Une gouvernance exemplaire, clé du développement  des Comores

L’e-révolution numérique est une action d’e-gouvernance. Les administrations africaines  notamment celle de l’Union des Comores doivent répondre aux besoins numériques de la population et des citoyens pour une émergence économique du continent, créateur d'emplois dignes à l’exemple de pays come le Rwanda.

Par Darchari MIKIDACHE, acteur politique et président du think tank "Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC)

La croissance économique ne suffit pas si elle ne débouche ni  sur la réduction de la pauvreté ni sur la création d'emplois. Les Autorités publiques doivent créer les conditions de la transformation des économies africaines en l’occurrence les Comores pour que celles-ci aboutissent à une création nette d'emplois, de richesses, de progrès social et de ressources publiques supplémentaires pour les investir dans les infrastructures, dans la valorisation des produits et productions locaux. Les ressources additionnelles  peuvent être investies également dans la mise en place  des économies industrielles, halieutiques et numériques. Au préalable, la mise en place d'une gouvernance exemplaire, transparente, novatrice et rigoureuse constitue le fer de lance de cette nouvelle stratégie en plus d'une mobilisation totale des ressources fiscales et non fiscales. Les Comores, habituées à solliciter l’aide et l’assistance internationale doivent sortir du cercle désincitatif de l’assistanat continuel et passif. Elles doivent prendre en main leur destinée en recrutant  les Comoriens   les plus compétentes et les plus intègres aux postes à responsabilité  en particulier dans les directions générales des administrations et dans les sociétés d’Etat et non sur des critères partisans, politiques voire politiciens. La marche vers la renaissance des Comores ne peut se faire une véritable rénovation des pratiques. Il est de la responsabilité du chef de l’Etat comorien de prendre les mesures qui s’imposent compte du fait que l’Union des Comores fonctionne avec un régime présidentiel qui concentre tous les pouvoirs aux mains du président de la République. Il est temps de prendre le train du changement  pour asseoir les fondations d’une gouvernance exemplaire pour des Comores meilleures et crédibles.

Rien ne sert de promettre des actions et des actes sans une mobilisation interne des ressources publiques avec une politique de gestion transparente des Finances publiques. Il ne suffit pas de dire que les pouvoirs publics solliciteront les partenaires de développement. Une action publique réussira si les Autorités publiques s'investissent pleinement dans le financement des projets de développement en apportant une part de fonds nécessaires à la diabolisation des programmes entrepris. Bien entendu, cela ne pourra être efficace sans une politique judiciaire à la hauteur des enjeux avec une politique continue de lutte contre les immunités économiques, sociales et judiciaires.  Une lutte contre la corruption devra dépasser le stade de l'affichage ou des promesses des candidats aux élections présidentielles notamment aux Comores. La crédibilité de l'État et l'efficacité de l'action publique en dépendent.

Choisir la facilité des financements externes en ayant recours à des subterfuges pour financer les économies nationales à l'exemple des fonds de la citoyenneté économique sans engager des réformes profondes pour renforcer l'efficacité de l'action publique ni mobiliser les ressources fiscales internes avec une gouvernance rigoureuse et exemplaire constitue un acte irresponsable voire inapproprié quand on sait que les contrôles de la gestion des fonds externes n'ont pas été effectifs et que les décrets d'octroi de la citoyenneté économique étaient signés sans vérifier la qualité réelle des titulaires des nouveaux et futurs citoyens économiques.

Un régime présidentiel comme celui des Comores implique que le chef de l'État décide et assume toutes ses responsabilités y compris désavouer et sanctionner ses ministres, ses directeurs généraux ou ses proches collaborateurs si ceux-ci devient ou agissent contre l'intérêt supérieur de la Nation. Ne pas agir pour corriger les erreurs et réparer les actes antipatriotiques est non seulement une faiblesse  de la part du président de la République mais également une faute politique et morale qu'il devrait assumer à la fin de son mandat.

À l'avenir, sauf changement de régime, le président de la République en exercice doit être le garant de la bonne gouvernance, du bon fonctionnement de la justice et du renforcement de l’unité nationale. Il ne pourra pas dire qu'il ne savait pas pu s’il a été mal conseillé ou qu'il a subi des pressions de la part de ses ministres ou de la notabilité par exemple.

 Le Ministre de la justice, Garde des Sceaux devra agir avec impartialité en assurant qu’une réforme  adéquate de toutes les administrations  et la  nécessaire promotion de l’égalité des chances pour tous par notamment  l’organisation de concours équitable, rigoureux et transparent  aboutissent à un changement réel. Un renforcement  du  volet de la prévention dans  la lutte contre la corruption est indispensable au même titre que la lutte contre la corruption et le traitement rapide des affaires judiciaires envoyées par la Commission Nationale  de Prévention et de Lutte contre la Corruption (CNPLC).  .

En ce qui concerne les Comores, le  président en exercice devra être le garant non seulement du bon fonctionnement de la justice et de l'Unité Nationale mais également celui de la Bonne Gouvernance publique et de la cohésion sociale. La méritocratie comme la promotion du genre et de l'égalité des chances doivent être au cœur de l'action publique.

Développer les Comores implique de disposer d'un appareil administratif  efficace et capable d'exécuter les programmes et projets de développement des Autorités publiques. La fonction publique devra assumer sa part de responsabilité dans l'amélioration de l'action publique. Sa réforme est primordiale. À défaut de licencier les agents publics embauchés par népotisme ou par complaisance politique, il convient de mettre l'accent sur la formation permanente avec l'institutionnalisation d'un centre interministériel de formation permanente, technique et de recyclage des agents après un  audit et un bilan de compétences. La culture des objectifs et de résultats en plus de la rotation dans les postes administratifs doivent être au cœur de cette réforme que j'appelle de mes vœux. Bien d'autres mesures et actions peuvent être prises....

 La concertation, le dialogue de gestion avec  les concernés la motivation, le management public et l'octroi de moyens de travail en plus de l'informatisation des services  doivent être au cœur de toute action publique.

La volonté de réforme publique pour assurer une gouvernance exemplaire ne pourra être effective sans une exemplarité des plus hauts gouvernants  dans leur action quotidienne et de la manière dont ils choisiront leurs collaborateurs.

 
Développer les Comores comme le reste de l'Afrique n'est pas une question de verbe ou de communication marketing ou de promesses lénifiantes. La crédibilité des actions pour le renouveau des Comores en l'occurrence passe par la détermination ou  la capacité des dirigeants à assumer leurs fonctions en infligeant des sanctions exemplaires et dissuasives tout  s'assurant du bon fonctionnement de la justice. Une politique continue et permanente de lutte contre la corruption avec des sanctions administratives, disciplinaires, politiques et pénales effectives est une des clés du succès de la politique de développement économique. La bonne gestion des ressources humaines avec le choix des femmes et d'hommes compétents, expérimentés, intégrés et patriotiques constitue un facteur essentiel pour atteindre les objectifs du renouveau des Comores.

Darchari Mikidache

Page Facebook officielle :

https://www.facebook.com/darchari.mikidache.politique

 

 

Source : https://www.facebook.com/darchari.mikidache.public

Blog personnel :


www.darcharimikidache.over-blog.com

www.ceec-comores.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents