Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

darcharimikidache.com

darcharimikidache.com

Bienvenue sur le site web de Darchari MIKIDACHE. Vous y trouverez une synthèse de ses propositions, ses éditoriaux, ses réflexions, ses actions, sa biographie, ses tribunes et ses citations.


Pour un développement novateur des Comores

Publié par Darchari MIKIDACHE sur 8 Janvier 2016, 15:17pm

Catégories : #Développement éco

Pour un développement novateur des Comores
Pour un développement novateur des Comores

 

Par Darchari MIKIDACHE, président du think tank « Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC) »

 

www.ceec-comores.com

 

Plusieurs fonds sont octroyés pour les projets d'énergies par les organisations internationales (BAD, Banque Mondiale, FMI, Banque islamique de Développement). Des projets sont en cours mais prennent du temps ou disons rencontrent  un problème de management de projets  à l'exemple  des projets de fioul, gaz, réhabilitation des infrastructures d'eau etc. On ne  peut se disperser à chaque fois. Il convient à l'avenir de coordonner les aides. Même si les énergies solaire et thermique restent toujours une excellente idée pour les Comores. Le saupoudrage des politiques publiques sans une vision ni une coordination de toutes les idées profiteraient  aux bailleurs et à ceux qui se remplissent les poches continuellement sans forcement aider réellement le pays.

 

- Deuxièmement, il est certes possible d'emprunter à l'extérieur pour financer les projets d'envergure nationale mais dans quelles conditions et quels taux  et est ce que cela est en cohérence et compatible  avec  le programme signé avec le FMI surtout que les Comores ont engagé un programme de désendettement. L'épargne nationale atteint selon le dernier rapport trimestriel de la Banque Centrale des Comores, 31 milliards de francs comoriens qui peuvent être transformés en emprunts à moyen et long terme pour financer des projets d'intérêts nationaux à l'exemple de la France qui utilisent l'épargne des Livrets A pour financer la construction et la rénovation de l'habitat social avec la Caisse de Dépôts et Consignations. Bien sûr, il existe  des conditions  et des critères à faire pour en arriver là. Par ailleurs, je te signale que les banques de la place sont surliquides. Cela signifie qu'elles ont de l'argent qui dort et qu'elles placent notamment à la Banque centrale (réserves libres en plus des réserves obligatoires) au lieu d elles placer  sous forme de crédit à l'économie. Ce problème est récurrent et permanent depuis de nombreuses années. Avec des projets bien conçus, bancables et requérant une certaines crédibilité et du savoir- faire bancaire et  financier  novateur, il est possible d'utiliser les fonds locaux. La crédibilité et la gestion rigoureuse des finances publiques sont primordiales. Il faudra aussi envisager une baisse des taux d'intérêt.

-En troisième lieu, le développement du tourisme requiert plusieurs facteurs  et non pas seulement la valorisation du patrimoine. Un article d'une page ne permet d'aller en  profondeur sur le contenu. Il faudrait un plan Marshall dans le domaine à commencer par baisser les coûts de transports aériens, améliorer les infrastructures hôtelières, organiser des circuits touristiques avec les richesses existantes et bien sûr valoriser le patrimoine. Je pense que la priorité est de baisser déjà le coût des transports, améliorer l'offre hôtelière, promouvoir le pays, créer et organisme des centres attractif de loisirs (centres balnéaires, plongée, village de vacances pour les touristes, les familles, base de loisirs, valorisation de nos plages, faune et flore etc) et surtout organiser le circuit touristique tout en préservant le patrimoine naturel et historique à des coût attractifs. Améliorer un seul point ne suffira pas. Il faudrait reprendre à bras-le-corps ces axes de travail pour espérer  agir avec efficacité. Mon article porte sur la diaspora non sur le tourismes spécifiquement bien que le problème de l'amélioration et développement de notre tourisme est essentiel.

 

Concernant la pêche, il est vrai qu'il faut valoriser ce qui existe à savoir l'école de pêche pour laquelle  je crains qu'elle soit quelque peu négligée. Une société de pêche à capitaux mixtes (ETAT, particuliers, opérateurs privés et Qatar)  a  déjà lancé ses activités    et a formé  actuellement plus d'une cinquantaine de  jeunes dans le domaine des ressources halieutiques. La question  de la transformation des ressources halieutiques est très importante voire essentielle au développement de notre pays. Je ne cesse de le répéter. Faut-il bien sûr résoudre le problème d'énergie pour assurer une conservation efficace pour installer durablement une industrie transformatrice. (chambre froide, formation , moyens logistiques, apprentissage des techniques  et leur vulgarisation....) La formation est indispensable.  Notre pays a  plusieurs handicaps à résoudre  notamment la production halieutique, la conservation, corollaire de la nécessité d'énergie continue, apprentissage des techniques de conservation et de transformation de nos produits locaux etc). La création d'une chambre consulaire , chambre d'agriculture et de pêche va dans le bon sens  mais cela reste insuffisant car il faudra promouvoir  vraiment ce secteur avec un plan pluriannuel et un fonds  d'appui dédié voire un crédit agricole ou de l'économie marine.

 

Concernant les avancées remarquables de l'Agence Nationale de la Promotion des Investissements (ANPI), le Directeur Général M. SAIDALI TOIHIR DAOUD  et toute son équipe  ainsi que les agences régionales  ont des mérites. Son action doit être amplifiée. L'agence fait certes un travail formidable avec la facilitation de la création d'entreprises en moins de 72 heures, l’exonération partielle ou totale du dédouanement des moyens de production, la création d'un guichet unique, l'abaissement des tarifs d’enregistrement et des démarches de création d'entreprises, la fourniture d'information pour les investissements, l'organisation de forums pour les investisseurs etc. Néanmoins, à mon sens , il faudrait aller plus loin avec l'accompagnement des projets, la création d'un fonds de garantie, l'institutionnalisation d'une Direction d'appui des projets des migrants,  l'octroi de facilités financières et la formation des créateurs d'entreprises. D'autres garanties en matière de sécurisation des investissements  et de  stimulations des initiatives privées sont possibles et possibles à l'exemple du MALI et du Sénégal...

L'Union des Chambres de Commerce et de l'Industrie  par son dynamisme et ses actions de formations, d'accompagnement et de promotion des affaires et des investissements ( B to B)  fait également un travail formidable. Il convient d’encourager ces institutions  en les appuyant dans leurs actions. La création du crédit-bail, et de la cour d'arbitrage sont des mesures positives. D'autres propositions complémentaires sont possibles. 

 

Il convient également de proceder à la  création d'une grande direction voire une agence d'appui  et d'accompagnement à la transformation  des produits locaux et  à la valorisation   des richesses naturelles locales (halieutique, produits tropicaux, produits vivrières, labellisation et mise  aux normes des produits  aux normes d'exportation... sur des marchés divers...., avec un volet d'apprentissage technique important. Des bourses  de formation technique  dans des pays amis comme en Chine, inde, brésil,  coopération Sud - Sud, sont tout à fait envisageables. De même, il convient d'envisager de former des formateurs dans ces domaines afin qu'ils viennent à leur tour former des nationaux dans ces domaines.

 

 Il est également possible  que l’État comorien mette en place un dispositif ou programme d'accompagnement  et de recherche de marchés ou de débouchés pour les opérateurs économiques désirant conquérir d'autres marchés dans l'océan indien , dans le marché commun de l'Afrique Orientale et Australe, (COMESA), voire d'autres marchés européens pour la diaspora ou le marché américain  avec l'accord African Growth and Opportunity Act (AGOA) dont les Comores sont éligibles depuis plus de  8 années.

 

Je ne prétends pas détenir  la vérité ce qui est possible de faire. Néanmoins, ce que je propose modestement constitue possibles des pistes et d'autres pays les ont déjà mis en pratique.  On peut proposer et également de ce qui marche ailleurs. Soyons novateur, sage  en tirant profit des expériences réussies des autres. Des actions interministérielles  sont souhaitables et possibles pour éviter le saupoudrage et le manque de coordination des politiques publiques tout en prenant en compte tous les aspects des problématiques  de développement et la résolution des problèmes que rencontrent nos concitoyens au quotidien (énergie, électricité, eau, cherté de la vie, lenteur de la justice, nécessité de sanctionner immédiatement  administrativement les actes actifs et passifs de corruption en plus de l'application de la loi).

 

J'appelle de mes vœux la mise en place d'une table ronde de financement du développement des Comores avec un programme de développement pluriannuel comprenant des projets bancables bien ficelés. Le Bénin a 'organisé sa table ronde pour le financement du développement du Bénin au siège de la Banque Mondiale sur 3 jours le 3 juin 2014.  Il a obtenu des engagements de financements de près de 12 milliards de dollars sur des projets structurants de développement national. La table ronde comorienne ouvrirait un dialogue national sur les défis de développement à l'horizon 2030, le financement, la programmation et la mise en œuvre des projets structurants permettant aux Comores de sortir du classement des pays les moins avancés afin de passer à un  pays à revenu intermédiaire à l'exemple du Cap-vert et de l'île  Maurice. Ces assises nationales ouvriraient un dialogue concerté, permanent et transparent entre les opérateurs économiques nationaux, les investisseurs étrangers institutionnels et privés, les acteurs de la diaspora et les institutions financières internationales, les organisations de la sous- région, des pays amis du monde arabe, européen et asiatique. La coopération Sud-Sud devrait également être explorée en profondeur avec une diplomatie économique offensive et dynamique.

 

Darchari MIKIDACHE



Président du Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC)


Économiste et  fiscaliste


www.ceec-comores.com

 

www.darcharimikidache.over-blog.com

 

https://www.facebook.com/darhari.mikidache.public

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents