Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

darcharimikidache.com

darcharimikidache.com

Bienvenue sur le site web de Darchari MIKIDACHE. Vous y trouverez une synthèse de ses propositions, ses éditoriaux, ses réflexions, ses actions, sa biographie, ses tribunes et ses citations.


La richesse du continent africain est en nous

Publié par Darchari MIKIDACHE sur 2 Décembre 2015, 13:19pm

Catégories : #Afrique

La richesse du continent africain est en nous

 

Les défis de développement de l'Afrique  exigent de nous des efforts constants, de l'énergie patriotique, des actions concrètes à la fois bénéfiques pour la population et créatrices d'emplois pour les millions de jeunes et moins jeunes au chômage. Ces défis impliquent que  la société civile, les acteurs politiques et économiques ainsi que la diaspora africaine travaillent main dans la main pour offrir des solutions pérennes et adaptées aux problèmes quotidiens des concitoyens tout en germant des actions pour donner des perspectives d'avenir pour les générations futures et pour l'avenir de la Nation africaine.

Par Darchari MIKIDACHE, président du think tank "Cercle des Economistes et des Experts Comoriens (CEEC), économiste et fiscaliste

Nous devons conquérir notre propre souveraineté financière  avant tout. Ce ne sont pas les richesses qui manquent pour le continent.  Que ce soient les ressources naturelles, halieutiques, humaines et touristiques  ou la force économique de la diaspora africaine qui envoie plus de 50 milliards d'euros par an à destination de l'Afrique et dont le savoir-faire peut être mis au service de l'émergence continentale, il est tout à fait possible d'agir réellement  pour le renouveau du continent africain. Nous devons devenir les acteurs, les animateurs et les chefs de projets du développement du continent

Réussir un tel projet continental  implique d'agir à plusieurs niveaux.  Il convient bien entendu de réussir avant tout  les alternances politiques afin que les pays acquièrent une stabilité démocratique permettant la concentration des énergies patriotiques sur les fléaux de la corruption et de l'injustice sociale et judiciaire entrainant une culture de l'impunité,  les problèmes de nutrition et de famine et donc la promotion de l'agriculture et d'une industrie agro-alimentaire transformatrice des produits locaux avec la création d'un  ou plusieurs labels dont Made in Africa", les  solutions à la réduction de la pauvreté et donc des mesures fortes de création d'emplois privés avec des capitaux mixtes faisant intervenir le secteur privé et la puissance publique avec une facilité de financement des initiatives privées, la mise en place d'une Agence continentale  de développement  des infrastructures et de péréquation des régions,  le développement de Pôles de compétitivité  en matière de technologie, d'industries structurantes et d'un programme de Formation permanente continentale avec des Pôles d'Université d'excellence continentale en matière de recherches pluridisciplinaires  dont l'agro-industrie, la santé et médecine, les Technologies de l'Information et de la Communication sans oublier  le développement d'une politique de soutien aux politiques nationales en matière de normalisation des énergies  et des transports. Il convient de réfléchir  de façon concertée sur les modalités de mise en œuvre d’une telle stratégie.

Les gouvernants des 52 pays du continent africain en étroite collaboration avec les institutions communautaires  dont  la Commission de l’Union africaine t la Banque Africaine de Développement  en partenariat avec  les institutions des Nations Unies dont la Commission des Nations Unies pour l’Afrique  et des  pays du Sud ou du Nord désireux d’y apporter une véritable contribution  sans  vouloir affaiblir cette  dynamique  sont priés de se mettre sur la table pour  initier un tel projet. La priorité pourrait être de doter le projet de financements autonomes  issus  du continent africain.

La viabilité de celui-ci dépendra bien entendu des volontés des principaux gouvernants  des pays du continent  notamment les grands pays notamment  l’Afrique du Sud, le Nigéria  et des pays du Maghreb. Cela suppose la mise en place d’une agence  continentale  d’appui à la bonne gouvernance  et à la réforme publique dont les missions  et la portée devront être définies d’un commun accord par les pays membres. Néanmoins, la lutte contre la corruption, la pérennisation de pratiques judiciaires exemplaires et une mutualisation des pratiques réussies en matière de réformes et d’actions publiques réussies.

La volonté politique des chefs d’Etat et de gouvernement reste primordiale. Il ne suffira pas de faire des déclarations d’intentions honorables. Des actes concrets sont attendus  par tout un continent afin  que l’Afrique décolle économiquement   sur des bases solides, saines  et durables.


Darchari MIKIDACHE

source : Page Facebook officielle de Darchari MIKIDACHE dont le lien esthttps://www.facebook.com/darchari.mikidache.public

Site web : www.ceec-comores.com

Contact : ceec.comores@gmail.com

Twitter : @MDarchari ou @MIKIDACHED

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents